L'Yonne et L'Agneau - Une fable Pastorale

10 mars 2022

La mélodie du berger

20220309_142346[1]

 

Trois...quatre....

Un kilomètre à pieds, ça use, ça use, un kilomètre à pieds, ça use les sabots ! 

Petite transhumance au goût de printemps, on traverse les villages, on passe à travers champs. 

7 kilomètres pour voyager dans le temps, sur des chemins déjà empruntés par les anciens, le retour d'un patrimoine, d'une tradition... 

20220309_135553[1]

Le Berger est dans le pré.

20220309_154817[1]Quand on arrive en ville... 

 

Posté par Licaunaise à 13:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


24 février 2022

L'éco-pâturage s'installe sur les plateaux

 

acs

Photo : P. Auchère

 

Article Yonne Républicaine du 23 février 2022

https://www.lyonne.fr/trucy-sur-yonne-89460/actualites/lecopaturage-sinstalle-sur-les-plateaux_14089732/

Posté par Licaunaise à 22:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

15 février 2022

Invitation Visite de Troupeau

affiche moutons

Posté par Licaunaise à 21:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

31 janvier 2022

On the road again

Photo AM.

Posté par Licaunaise à 08:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

27 janvier 2022

Paroles de Bergère #4 - 31 décembre 2020

11423040

 

On se lève, on déjeune, on s’habille comme chaque jour. On va voir le troupeau de 400. Ça se passe bien, on change de place les moutons, on tire des filets, on en range d’autres et on en retire, on remet le courant, on se casse. Presque comme d’habitude. Le petit chien tente de passer sous les filets, sauf qu’il est trop grand maintenant, il se coince dedans et manque de pot, le courant passe. Il couine plusieurs secondes, on se précipite sur le poste, on arrête tout, on l’extirpe, il fuit vers le jumpy emprunté au grand-père ce matin, la 205 se fait réviser, on remet tout en place, on repart. Le patron arrive. Tempête chez les bergers du canal. On continue notre journée. On va vers le gros troupeau. Les 1200 attendent le couvert frais. On pose des filets. Drache. On se précipite dans la bagnole. Ça se regroupe d’un côté, ça grelotte de l’autre, ça ne s’arrête pas ; on décide de partir manger, on reviendra dans deux heures, la météo nous guide dans cette décision. Ça va pas bouger. On peut finir dans deux heures. Grand max.

Évidemment, la vie est faite d’imprévus. Le jumpy repart avec les grands-parents, la 205 est prête, le déjeune s’étire, ils ont beaucoup de choses à nous dire pour le soir. On réalise qu’on change d’année dans quelques heures. Ok, on avale le dessert, on regarde dehors. La pluie s’arrête plus tard que prévu. Faudrait y aller, sous l’averse interminable, tirer des filets les mains engoncées dans sa chair glacée. Le petit chien tremblote aussi. On a que lui aujourd’hui, il faut en prendre soin. Ettou, le moteur de l’équipe canidée renforce la troupe du canal. Ça transhume. On repart, avec trente minutes de retard. Le ciel lourd vient seulement de s’arrêter de pleurer. Mais là-haut, ça commence à pousser. Ça patauge dans la bouillasse et il manque encore deux filets… Pas le temps de les mettre que dès le courant retiré, ça sort.

Et merde. L’évidence parfois nous joue des tours… On se dépêche de poser le filet dans notre main mais ça va trop vite. Ceux qui font un coin ne contiennent qu’un quart du troupeau, les autres partent déjà en direction du blé d’automne du voisin. Et on court, et on crie des ordres, et le petit chien court, s’arrête, regarde, court, en détourne un groupe, court, me regarde, court, ça crie des ordres, ça gesticule, ça court, ça plante des piquets, ça glisse dans la boue, ça protège le blé, ça court, ça… ça… se fait déborder. Le champ en pente trahit les jambes, la boue aspire les chaussures, le petit chien est bien petit.

« Aller Rodin, on vit notre première aventure tous les deux ! »

Il tenait encore dans mes bras à ce moment-là.

Arrive un 4x4 blanc depuis la petite route en bas. Ça rentre sur le chemin boueux. Ça s’arrête avant de s’enliser. Venez m’engueulez m’sieur, je m’en fous, mais si vous pouviez nous aider à rentrer tout ce monde… Si le paysan n’est pas dans un mauvais jour, il filera un coup de main avant de grogner… Rodin court toujours en travers du champ, j’arrive à faire redescendre des groupes vers le parc. Je vois l’homme se mettre au milieu du chemin et faire de grands gestes. Miracle ! Tout le troupeau parti le plus haut fait demi-tour, rejoint les bouts retenus par le chiot et par les piquets que j’ai réussi à redresser. Je ferme le dernier filet, indique à mon tonton (deuxième miracle !) – qui n’est pas paysan mais juste venu en visite à Sacy, par hasard au bon moment – comment regrouper les bêtes et en quelques minutes, tout le monde retrouve le chemin de l’ordre et de la discipline entre les filets. Le chiot, tout content, se poste devant moi, la langue tirée. 

Croyez-le ou non, à cinq mois, Rodin a réussi à contenir mille deux cent têtes de moutons dans le couvert. Aucune trace de sabots n’a creusée le sol du voisin.

Quand je le vois aujourd’hui, ce 31 décembre 2021, allongé de tout son long, j’apprécie tout le chemin qu’on a fait ensemble. Il est devenu chien d’artiste. En attente de retourner aux moutons, un jour... avec ou sans moi.

Posté par Licaunaise à 22:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


13 janvier 2022

Entendre - Ecouter - Comprendre

135756322_threemonkeys99

 

"Qui se souvient de la sensation d'une nuit à la belle étoile alors que surviennent quelques gouttes de pluie ?"

"Qui a en soi la sensation d'une main glissée dans la matrice d'un animal pour l'accompagner à la mise bas?"

"Qui sait ce que cela fait de décider d'un geste d'arrêter la vie d'un autre être vivant pour se nourrir ensuite de sa chair?"

Personnellement, j'en ai vécu un sur trois et ai souvent, enfant, été témoin des deux autres. 

Pas si mal ? 

Des fondamentaux... Des gestes qui existent depuis des milliers d'années et dont l'Homme s'est peu à peu déconnecté. 

Combien d'entre nous sont aujourd'hui capables de produire leur propre nourriture ? De subvenir aux besoins primaires ? 

Il n'est pas ici question de camp survivaliste pour trentenaires en quête de sensations le temps d'un weekend de congés payés. 

La réflexion va bien au-delà. 

 

L'aliénation nous guête, nous voici inondés de besoins superficiels insatisfaits et perdons peu à peu notre lien à l'essentiel. 

De quoi l'être humain a-t-il vraiment besoin pour vivre, s'épanouir et être heureux ? 

Vous connaissez Maslow ? 

Pyramide-de-Maslow

Il n'y a pas si longtemps, se déroulait un des traditionnels repas de fêtes de fin d'année...

Comme le "code famillial traditionnel" nous invite à le faire, nous étions sagement réunis autour d'une table, parents, anciens, amis, frangin... 

On ne manquait de rien, la table était riche de victuailles et même la végétarienne que je suis a pu y trouver son compte. Entre achats au super marché et production familliale, tout y était !

En parallèle de celà, il y avait mon grand frère, ce fils d'éleveurs, comme moi, cet homme devenu boucher puis saisonnier du vivant et prochainement ambulancier... Lui, était connecté. A ce qui se passait autour de lui ? Non, plutôt à son téléphone, à sa double vie. A une réalité qui me dépassait. 

Nous étions réunis autour d'une table, il était en train de jouer. Physiquement là, psychologiquement ailleurs. En quelques glissements tactiles sur un écran de téléphone, il s'extrayait de sa "simple" condition d'homme et partait à la conquête de nouveaux univers insoupçonnés.

"Tu comprends, je suis chef de camp ! Ils ont besoin de moi !"

Qui sont ces "ils"? Je ne le saurai jamais... 

Et "Chef de clan" ? Voilà un intitulé que je n'aurais pas imaginé sur un CV cette année... 

Pourtant c'est un rôle qui a existé... Il renvoie à ces communautés (d'un autre temps?) sans 5G. 

Des vies sobres avec des missions quotidiennes pour répondre prioritairement à ses besoins physiologiques tout en gardant du temps pour le reste...

L'expression rabat-joie d'un "c'était mieux avant" que je n'ai pas vécu ? Non, pas vraiment...

Alors pourquoi parler de tout ça ici et maintenant ? Pourquoi sur un blog abordant la vie des moutons et des chiens de protection ? 

Peut-être parce que tout est (re)lié.

Peut-être parce qu'à force d'interragir, même ponctuellement, avec cet univers, le pastoralisme se présente à mon esprit comme l'un des moyens possibles nous permettant de nous reconnecter à notre vraie nature. 

La vie pastorale comme un système global permettant de réapprendre à interragir avec notre environnement réel... Être dans l'instantané, apprendre à s'adapter, réagir, s'auto-corriger, obsevrer car il n'y a qu'une seule vie, plusieurs essais possibles, fort heureusement mais un seul et unique "game over" pour chacun.

Impossible de sauvegarder la partie pour la reprendre un peu plus tard, la Terre continue quotidiennement de tourner, et nous avec.  

Alors si pour 2022 on apprenait simplement à vivre mieux ? 

Posté par Licaunaise à 11:49 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

Lire avant d'agir

20220112_094645[1]

 

 

Posté par Licaunaise à 09:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

09 janvier 2022

Brèves Rurales

20220109_105911

 

" Attends, j'entends des grelots... Oh des moutons !! C'est chouette. C'est la 1ère fois que j'en vois passer ici"

- " Bonjour ! C'est rigolo tous ces moutons, attendez, je vais les prendre en photo ! "

- " De vraies tondeuses !" 

- "Oh mais dis donc elles sont bien disciplinées !" 

- "Chéri, viens voir ! Il y a des moutons ! Une personne devant, une derrière, des chiens, c'est sympa !!" 

Et autres sourires échangés, avec ou sans appareil photo, quelques signes de la main, un soupçon de patience et tout le monde est bien arrivé à destination. 

Bienvenue à Mailly le Château les filles ! 

 

Posté par Licaunaise à 17:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

21 décembre 2021

Dur, dur d'être chien de berger : le retour !

Hey ! Vous vous souvenez de moi ? C'est Razmot, l'apprenti chien de Berger ! 

Aujourd'hui, j'apprends à me déplacer à gauche et à droite...

 

Posté par Licaunaise à 11:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

15 décembre 2021

Le Mérinos à la conquête du Monde !

Affiche de l'exposition La guerre des moutons - 2021

 

Une actu comme ça, ça se partage !

Exposition du mercredi 15 décembre 2021 au lundi 18 avril 2022

Posté par Licaunaise à 19:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]